Quelles sont les différences entre une activité artisanale et une activité libérale ?

0
7

Tout projet de création d’entreprise débute par la détermination de la nature de l’activité. La raison en est que le statut social, la fiscalité, la gestion et les formalités en dépendent. Vous avez donc le choix entre une activité artisanale, libérale, commerciale, agricole et industrielle. Quelles sont les principales caractéristiques d’une activité artisanale et libérale ? Quelles sont les différences entre une activité artisanale et une activité libérale ? Découvrez sans plus attendre toutes les réponses.

Activité artisanale : caractéristiques et avantages

La loi du 5 juillet 1996 définit l’activité artisanale comme étant une activité manuelle de réparation, de production et de transformation. Il est aussi possible de l’associer à une prestation de services.

Les caractéristiques d’une activité artisanale

Le décret du 2 avril 1998 répertorie toutes les activités artisanales. Pour l’heure, on en recense 250. Y figurent les métiers du bâtiment (plombier, chauffagiste, peintre, menuisier, électricien, maçon…), les métiers de bouche (traiteur, charcutier, boucher, pâtissier…) ainsi que toute forme de prestations de services (coiffeur, décorateur d’intérieur, couturier, horloger, taxi…).

Notons également que la gestion d’une activité artisanale revient soit à une seule personne, soit à une entreprise. Toutefois, le nombre de salariés ne doit aucunement excéder 10. Plus concrètement, la loi vous autorise également à créer une microentreprise, une entreprise individuelle ou une société, selon vos souhaits. Vous pouvez même exercer en tant qu’autoentrepreneur. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site https://pole-autoentrepreneur.com.

Vous pouvez exercer une activité artisanale à titre principal ou secondaire. Dans le premier cas, vous devez impérativement vous inscrire au Répertoire des Métiers et demander un numéro d’immatriculation auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Les avantages d’une activité artisanale

Les activités artisanales regroupent plus d’une centaine de métiers. Donc côté choix, vous n’aurez aucun souci à vous faire. Par ailleurs, depuis 2019, le stage de préparation à l’installation ou SPI est facultatif pour celui ou celle qui souhaite exercer en tant qu’artisan. Plus concrètement, les démarches sont moins longues et vous pourrez commencer votre activité dans les meilleurs délais.

D’un point de vue fiscal, le statut d’artisan se révèle aussi très avantageux. D’un, vous vous exonérez de la TVA et de deux, vous profitez d’une exonération fiscale temporaire. Ce n’est pas tout ! Vos charges sociales et fiscales peuvent être calculées en un seul paiement ou de manière forfaitaire.

Activité libérale : caractéristiques et avantages

Selon la loi n° 2012-387 du 22 mars 2012, une activité libérale est une activité professionnelle que l’on exerce de manière totalement indépendante et sur la base de qualifications appropriées. Elle englobe essentiellement les prestations techniques, intellectuelles et de soins.

Les caractéristiques d’une activité libérale

Répondant à l’intérêt du public, les activités libérales regroupent deux professions :

  • Les professions réglementées
  • Les professions non réglementées

Les professions réglementées, en particulier, respectent des principes éthiques et déontologiques bien spécifiques. Elles sont également soumises à un régime juridique distinctif qui concerne essentiellement l’accès et l’exercice de l’activité. Dans cette catégorie, vous retrouverez les médecins, les avocats, les dentistes, les commissaires aux comptes, les experts-comptables, les masseurs-kinésithérapeutes, les notaires, les vétérinaires et les pharmaciens.

Les professions non réglementées n’existent pas dans le cadre légal. Elles englobent toutes ces activités qui ne sont ni commerciales, ni artisanales, ni agricoles, ni industrielles. On cite notamment le métier d’animateur, d’agent de sécurité, d’archéologue, d’assistant et d’informaticien.

Si vous songez à lancer une activité libérale, vous devez vous enregistrer auprès de l’URSAFF. En sus, si vous exercez une profession réglementée, vous êtes dans l’obligation de faire une déclaration auprès d’un syndicat, d’un ordre, d’une chambre ou d’autres instances professionnelles.

En optant pour une activité libérale, vous aurez à choisir entre différents statuts juridiques. L’entreprise individuelle et l’autoentreprise restent de loin les plus simples, tant sur le plan administratif que juridique. Dans le cas où vous opteriez pour une société, le choix du statut juridique se portera alors sur une SELARL, une SAS, une SELAFA, une SCM, une SEP ou une SCP.

Les avantages d’une activité libérale

La protection sociale constitue l’un des principaux avantages d’une activité libérale. Alors, oui, les cotisations sont assez importantes, mais elles coûtent moins cher que celles d’un régime général. Dans l’exercice d’une profession libérale, vous avez également le privilège de choisir le statut juridique et fiscal qui vous convient. Vous pouvez exercer en tant qu’indépendant, lancer votre activité avec un ou plusieurs associés, ou créer une entreprise. Là encore, vous avez le choix entre différentes formes (EURL, SAS, SARL, SCM…).

Activité artisanale ou libérale : comment choisir ?

La nature de l’activité influe nécessairement sur le choix de la forme juridique. C’est pour cela que l’on y accorde autant d’importance. Si vous avez du mal à choisir entre une activité artisanale ou libérale, ces astuces vous seront certainement d’une grande aide.

Primez vos idées avant tout

La création d’une entreprise ou le lancement d’une activité, quelle qu’elle soit, ne doit jamais être pris à la légère. Les différents aspects et les moindres détails seront scrutés à la loupe afin de garantir votre développement. Ainsi, cette astuce vous poussera à vous poser de multiples questions. Souhaitez-vous promouvoir un produit ou un service ? Quelle approche adopteriez-vous pour vous démarquer ? Pour quelle activité avez-vous une préférence particulière ?

Analysez l’aspect administratif et juridique

La création d’une entreprise va indéniablement de pair avec des démarches administratives et juridiques. Il ne faut pas non plus oublier l’aspect fiscal. On sait, par exemple, que les professions libérales sont soumises à un régime d’imposition fiscale des bénéfices non commerciaux ou BNC. Un artisan indépendant, quant à lui, sera imposé au titre de l’IR ou impôt sur le revenu. Il dépend du régime d’imposition des bénéfices industriels et commerciaux ou BIC. Par ailleurs, les démarches de déclaration d’activité d’un artisan se veulent moins longues et moins complexes, contrairement à celles des professions libérales.

Pour ne pas vous perdre dans les méandres administratifs, mieux vaut demander conseil auprès d’un spécialiste en la matière.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here